Séance 5 : de l'écrit à l'oral (lecture du dossier pages 166-171)

I. L'efficacité des discours de Hugo : une histoire de filiation

Si les discours de Victor Hugo étaient si efficaces, c'est pour plusieurs raisons. La première d'entre elles tient au fait qu'en séance, "il écoutait attentivement" ses confrères à la recherche de ce qu'il appelait des "pierres précieuses". Il s'agissait en fait des maladresses en tous genres : des incorrections, des fautes de français, des absurdités, etc. Et il n'hésitait pas à critiquer, quand bien même il s'agissait d'écrivains de renoms comme Lamartine. Il aimait particulièrement chahuter ce dernier qui avait une manie, pratiquer le néologisme.


La seconde provient de la préparation de ses discours. Il était rare que ses textes ne soient pas préparés en amont. D'ailleurs, il les apprenait et laissait peu de place à l'improvisation, hormis lors d'un de ses discours, celui du 15 septembre 1848 sur la peine de mort.

Cette volonté de rédiger l'ensemble de ses discours avant de les prononcer, il l'avait puisée chez des orateurs célèbres : des révolutionnaires comme Danton et Robespierre, mais aussi chez les antiques Démosthène et Cicéron. Comme eux, Hugo voulait jouer son texte avec naturel et passion.

II. La préparation des discours

Les discours de Hugo étaient très préparés. Rien n'était laissé au hasard. Comme Zola, un autre romancier du même siècle, il se livrait à des enquêtes minutieuses qui lui permettaient de bien connaître les sujets, de raisonner avec des éléments concrets voire de connaître la loi et ses failles, notamment sur la question du travail des enfants.

S'il était donc aussi passionné et éloquent, c'était en raison de son "implacable observation du réel".

III. Hugo et les autres

Il n'hésitait pas à accabler de reproches ses contemporains qu'il trouvait peu ambitieux et par conséquent peu héroïques. Seul un homme à ses yeux avait su incarner la grandeur de la France : Napoléon 1er, et non Napoléon III, celui qu'il appellera dans un de ses livres, Napoléon le Petit

Dans ses discours, il s'éloigne également d'une tradition bien ancrée qui veut que l'on soit sobre et qu'on utilise peu de figures de style. Hugo fait l'inverse et emploie tous les procédés rhétoriques dont l'hypotypose qui lui permet de rendre les scènes qu'il raconte réalistes et vivantes.

Conclusion

Si Hugo est à ce point populaire aujourd'hui, c'est parce qu'il y a chez le personnage et dans ses prises de parole quelques éléments originaux et d'autres, au contraire, relevant de la tradition. C'est cette alliance du moderne et de l'ancien qui fonde le style hugolien.

Créez votre site web gratuitement !