La diversité des registres dans Oh les beaux jours

Correction du questionnaire

1. Parmi ces éléments, quels sont ceux vous paraissant relever du tragique ? Les quatre étaient tout à fait envisageables. Peut-être avez-vous cependant pensé que tout ce qui ne relevait pas de la mort n'était pas tragique... cela se défend !


2. Étudiez le comique de mots présent dans l'oeuvre, notamment dans les noms Willie, Winnie, Brownie et Charlot Chassepot. Voir synthèse ci-dessous.
3. Qu'est-ce que la formication ? Une sensation de fourmillement (voir Un chien andalou !)
4. Qu'est-ce qu'un mécanothérapeute ? (choix multiples) Tout sauf un garagiste.
5. Dans "est-ce parce que tu tiens encore debout sur tes deux panards plats, ton vieux baise-en-ville bourré de caca...", combien repérez-vous de mots familiers ? Je n'en vois que quatre ! Où en avez-vous vu 6 ?


6. Le comique de geste présent dans l'oeuvre rappelle... (choix multiples). Visiblement, vous ne connaissez pas Buster Keaton, le Charlie Chaplin américain.


7. Voir question 1, mais cette fois sur les thèmes.

Synthèse sur les registres

Dans Oh les beaux jours, comme dans les autres pièces de Beckett, se côtoient deux registres : le comique et le tragique.

1. Le comique et ses formes

A. Le comique de mots : en amoureux des langues, le dramaturge aime à manipuler les termes, à jongler avec leur sens. Le terme "formication", par exemple, est dans la représentation détournée de son sens puisqu'il s'agit normalement d'une sensation de fourmillement. Mais ici, il fait référence à la fourmi qui transporte son oeuf, tout en jetant un clin d'oeil à son spectateur avec un sous-entendu érotico-sensuel.

Ailleurs, c'est le "mécanothérapeute" (mot-valise, néologisme et pitrerie) qui distrait comme les déformations des prénoms avec Carolus qui devient Charlot, personnage humoristique apprécié du dramaturge.

À ces exemples, s'ajoutent bien évidemment les noms propres Winnie, peu gagnante, Willie, peu volontaire, Brownie, rappelant le nom de son inventeur Browning.

Enfin, certains critiques sont allés plus loin dans leur quête. Dans Happy Days, le deuxième terme est un homophone du mot anglais Daze signifiant "étourdissement", "surprise"... Sommes-vous vraiment étourdis ? Et Willie ? À méditer !

B. La situation n'est pas moins comique et peut susciter de l'amusement chez le spectateur. On peut penser à l'attitude monomaniaque* de Winnie qui ne fait que répéter les mêmes gestes, aux déplacements larvaires du mari, à ce monticule de sable mouvant et émouvant.

2. Le registre tragique

A. Les thèmes : incommunicabilité entre les êtres même quand ils sont mari et femme, solitude profonde de l'être, sens de l'existence, absurdité d'une situation inextricable*, ce sont autant de thèmes qui relèvent d'une vision fort sombre de la condition humaine.

B. La situation : celle de notre héroïne est celle de chacun. Entourés de nos objets, de nos "mascottes", nous manipulons avec l'impression de donner un sens à notre existence. Mais le mirage ne dure qu'un temps. Nous nous enfonçons inéluctablement dans la fange*, oublions qui nous sommes et cédons finalement, sûrement par facilité, à des actions mécaniques.

Cette vision de l'Homme est profondément pessimiste.

Notes :

Monomaniaque : personne affectée par une obsession

Inextricable : dont on ne peut se retirer

Fange : boue épaisse et souillée

Créez votre site web gratuitement !